Infos sur les bienfaits du thé

Vous trouverez sur cette page de nombreuses informations sur le thé, ses origines, les méthodes de fabrication, les étapes à suivre pour la préparation mais aussi ses secrets et ses bienfaits.

La Boutique Enchan'Thé à Huy vous ouvre ses portes pour découvrir l'univers du thé.

Enchan'ThéEnchan'ThéEnchan'Thé

Les origines

Le thé tire ses origines de plusieurs histoires.

La plus ancienne remonte à l'empereur chinois Shen Nong. Considéré en Chine comme le père de l'agriculture et de la médecine traditionnelle il était surnommé "le Divin Moissonneur". La légende veut qu'il découvrit le thé durant une après-midi de cueillette. Shen Nong est décrit comme ayant eu un ventre transparent grâce auquel il pouvait observer les effets des plantes sur son organisme. Souhaitant partager cette particularité avec ses semblables, il conseilla de faire bouillir l'eau afin de la purifier. L'histoire raconte, qu'après s'être assoupi sous un arbre, un théier sauvage, il se réveilla assoiffé. Des feuilles de l'arbre étant tombées dans l'eau de la bouilloire, celle-ci se trouva légèrement colorée. Lorsqu'il la bu, les bienfaits du breuvage furent visible à travers son ventre.

Une autre légende, qui date quant à elle du VIème siècle, vient du sud-est de l'Inde, de la région de Madras et raconte l'histoire du pèlerinage du Bodhidharma. Bodhidharma, 28ème patriarche bouddhiste indien entame une quête jusqu'en Chine où il rencontre l'empereur WU et souhaita la convertir à une nouvelle forme de bouddhisme. La rencontre se passant mal, il se réfugia au creux d'une grotte près du Monastère de Shaolin et se mit à méditer. Sa méditation dura 9 ans et l'amena à atteindre l'illumination. Au cours de la 7ème année, un épisode colérique le conduit à se trancher les paupières. Il les planta à l'entrée de la grotte. Peu de temps après, deux arbustes, dont les feuilles rappelaient la forme des paupières, poussèrent à cette place. En consommant ces feuilles, les moines réalisèrent qu'elles favorisaient la méditation et aidaient le maintien de l'esprit en éveil. L'art du thé naquit.  

L'arbre à thé, le théier sauvage, se trouve dans de nombreuses régions de Birmanie, de Thaïlande mais aussi du Laos, du Tibet jusqu'à l'Assam indien, au Yunnan et au Sichuan chinois. De leur côté, les chinois sont reconnus pour être à l'origine de la culture et du développement du thé grâce à la création de nombreux jardins. Aujourd'hui le théier est présent sur divers continents autour du globe.

Il pousse principalement dans des régions chaudes où les pluies et le taux d'humidité sont importants. On le trouve au Bangladesh, en Chine, en Inde, en Indonésie, au Japon, en Malaisie, au Népal, au Sri Lanka, à Taiwan, au Vietnam, au Cameroun, sur l’Ile Maurice mais aussi au Kenya, au Rwanda, au Zimbabwe, en Argentine, au Brésil, en Géorgie, en Iran et en Turquie.

La fabrication

Pour que le théier soit cultivable, la température ambiante doit avoisiner les 18°C à 20°C et l'arbre doit bénéficier d'un apport de lumière important. La lumière est en effet nécessaire pour aider à la formation des huiles essentielles, indispensables pour l’infusion et pour l'arôme. Un sol meuble sera préféré afin que les racines puissent s'agrandir jusqu'à atteindre 6 mètres de profondeur. Très résistant, le théier peut se cultiver dans des régions montagneuses où le climat peut être plus rude.

La cueillette est un moment délicat, elle doit être réalisée avec beaucoup de soin ce qui explique pourquoi elle continue à se faire manuellement. Les feuilles coupées sont déposées dans un panier que les femmes portent sur leur dos. La quantité de feuilles cueillies peut atteindre 5 à 7 kg par jour ce qui représente environ 1 à 1,25 kg de thé prêt à la consommation. La cueillette est une activité qui a lieu plusieurs fois au cours d'une même année.

Il existe différents types de cueillettes :

  • Impériale: Manuelle, elle est nommée ainsi car elle s'adressait, en Chine, surtout aux empereurs et membres influents de la cité interdite. La coupe se faisait à l'aide de ciseaux d'or, elle était réalisée par de jeunes vierges dont les mains étaient gantées de blanc. Elle concerne les récoltes les plus raffinées. Dans ce cas-ci, seul le bourgeon terminal est ramassé. Elle se pratique surtout en Chine ou en Inde où elle concerne-là des thés rares de Darjeeling.
  • Fine: Réalisée manuellement, c'est la forme de cueillette la plus fréquente pour les thés de qualité. Le bourgeon terminal et les feuilles les plus proches sont coupés.
  • Classique: Similaire à la cueillette fine, le choix des feuilles est moins raffiné et peut concerner des morceaux de bois, des tiges et des feuilles nervurées.
  • Grossière: S'opère pour des thés de moindre importance. Elle concerne la coupe jusqu'à la 5ème ou la 6ème

Une fois ramassées les feuilles sont ensuite déposées à la manufacture où elles seront ensuite pesées et contrôlées. S'ensuit une période de flétrissage pendant laquelle les feuilles seront assouplies et séchées afin de perdre près de la moitié de leur teneur en eau. Elles sont posées sur des ventilateurs pour accélérer le processus qui durera de 16 à 24H. Cette étape est importante pour libérer les acides aminés.

Une fois flétries, elles sont roulées sur elles-mêmes et sont pressées. Cette étape cherche notamment à libérer les huiles essentielles qui font la particularité des thés noirs.

Il peut arriver que les feuilles soient ensuite criblées. Cela est nécessaire pour séparer les feuilles brisées de celles entières.

Ensuite, l'étape d'oxydation termine la transformation. Les feuilles sont placées sur des plaques d'aluminium ou de verre. Elles forment des couches de 5 à 7 cm d'épaisseur et doivent se trouver dans un environnement propice, à savoir une température de 27°C et un fort taux d'humidité. Cette étape permet que les polyphénols des feuilles se transforment en théarubigines et en théaflavines ce qui déterminera alors le goût et la couleur du thé.

Enfin, les feuilles sont torréfiées.

Comment préparer son thé?

Pour bien préparer un thé il est important de suivre différentes préceptes.

  • Le choix de l'eau

Il est important pour commencer, de bien choisir son eau, car c'est elle qui va révéler la saveur du thé. Une eau peu calcaire, faible en sulfite et minéralisée est idéale.

Si vous souhaitez boire un thé froid, le mieux sera de le laisser infuser suffisamment puis de le laisser refroidir. Les arômes en seront d'autant plus préservés. Les thés aromatisés et les thés fleuris sont les meilleurs pour une consommation froide.

Pour réaliser 1 litre de thé, mettez une grosse cuillère à soupe de thé dans un litre d'eau à température ambiante, laissez ensuite infuser entre 20 min et 1H. Attention, plus l'eau est chaude et plus l'infusion est rapide. Une fois l'infusion terminée, filtrez et conserver votre thé. Vous pourrez le garder environ 2 jours au frais.

  • Veiller à la température et au temps d'infusion

Plus les thés sont d'une gamme élevée plus la température doit l'être également. En matière de température les thés se divisent en deux catégories:

- Température inférieure à 80°C : Idéale pour les thés blancs, verts et jaunes.

-Température à 90°C: Idéale pour les thés bleus-verts, rouges et noirs.

Pour plus de précisions, vous pouvez vous fier au tableau suivant :

 

Température de l’eau

Temps d’infusion

Thé blanc

80°C

5 à 7 min

Thé vert du Japon

60°C à 80°C

1 à 3 min

Thé vert de Chine

80°C

4 à 5 min

Thé jaune

80°C

4 à 5 min

Thé rouge Darjeeling

90°C

3 à 4 min

Thé rouge autres origines

90°C à 95°C

4 à 5 min

Oolong

90°C à 95°C

5 à 6 min

Thé noir

90°C à 95°C

4 à 5 min

Thé parfumé

Dépend du thé de base

Dépend du thé de base

  • Dosage

Cette étape est plus délicate car les feuilles de thés n'ont pas toutes la même intensité et donc pas le même volume, le mieux est donc de peser. En s'hydratant, le thé prend du volume. Pour vous donner un ordre d'idée il faut compter 1,5g pour 10cl d'eau (1 tasse)

- Pour les thés rouges et noirs, comptez environ une bonne cuillère à café pour une tasse de 10cl.
- Pour les thés verts japonais, une cuillère à café rase suffit.
- Pour les thés blancs, les thés verts ou jaunes de Chine, une pincée généreuse à trois doigts est conseillée.

Différents paniers en nylon ou en inox voire des sachets en papier non-traité sont disponibles et s'adaptent à chaque théière.

  • Lait, sucre, citron

- Le lait atténuera l'amertume du thé car il en capte les tanins et apporte ainsi plus de douceur. Pour bien agir, il faudra verser d'abord le lait dans la tasse et ensuite le thé chaud. L'inverse risque de faire perdre au lait ses vertus adoucissantes. Évitez toutefois de marier un thé blanc ou jaune avec du lait car ce sont des thés légers.
- Le sucre peut être ajouté mais il reste préférable de ne pas en mettre pour mieux sentir et apprécier les arômes.
-Le citron, aura lui tendance à dénaturer le thé et à changer sa couleur car il provoque une véritable réaction chimique. Le zeste du citron, riche en huiles essentielles, est toutefois très bon pour parfumer légèrement. Il est souhaitable de le verser directement dans l'eau de la bouilloire.

Quelle théière choisir?

  • Théière en terre cuite

De nature poreuse, la théière en terre cuite va absorber les arômes du thé pour ensuite mieux les restituer. Elle portera inévitablement les marques du thé (culotte) c'est pourquoi l'utilisation d'un seul type de thé par théière est vivement recommandée. Elles sont idéales pour les thés rouges, noirs et de Oolong. Pensez à bien "culotter" votre théière avant sa première utilisation. Pour cela il vous suffit de faire infuser le thé une nuit entière. Idéales pour les thés verts, les thés chinois, les thés noirs, les Oolongs, les thés rouges et les Pu Erh.

  • Théière en fonte

Les théières en fonte proposent maintenant un choix varié de formes et de couleurs. De nature assez lourde, elles restent fragiles et doivent être manipulées avec attention car la fonte peut se fissurer et casser en cas de choc. Elles offriront de très agréables bouquets d'arômes et de subtils résultats. Elles conservent la chaleur longtemps. Idéales pour les thés verts japonais, les Oolongs, les Pu Erh.

  • Théière en céramique

Il est préférable de choisir une théière en céramique épaisse ce qui permet de conserver une certaine température et de mieux révéler les arômes. Disponibles à tous les prix, elles restent les plus accessibles. Idéales pour les thés noirs, les thés fumés et les thés verts parfumés.

  • Théière en verre

Elles sont de plus en plus répandues et se déclinent sous de nombreuses formes. Attractives grâce à leur prix, elles permettent de visualiser la couleur du thé en transparence. Elles ne conservent toutefois pas la chaleur bien longtemps. Idéales pour les thés noirs, les thés fumés et les thés verts parfumés.

Le thé et les 5 sens

Un thé se savoure et se déguste avec les 5 sens. Il éveille et fait travailler chacune de nos sensations.

  • La vue

L'œil est le premier contact avec le thé. La couleur des feuilles, leur aspect offrent déjà de précieux renseignements sur le thé et sa nature.

  • Le toucher

La fraîcheur de la feuille, sa rugosité et sa texture servent également à déterminer la nature d'un thé. Les feuilles doivent rester souples et ne pas casser sous les doigts.

  • L’odorat

Il suffit de sentir un thé dans sa boîte pour activer l'odorat. S'en révèle alors la fraîcheur mais aussi son caractère, ses arômes et sa complexité.

  • Le goût

Le goût permet de percevoir rapidement les saveurs et les retours d'arômes. Il se déplace de la pointe de la langue à la gorge. Le thé peut faire surgir un goût salé, sucré, fumé, acide, doux ou même amer.

  • L’ouïe

Elle sert d'abord à surveiller et contrôler le frémissement de l'eau dans la bouilloire. Ensuite, elle apparaît lors de l’aspiration et de la mise en bouche. Aspirer bruyamment est une façon d'aérer le thé et de le répartir en bouche.

Le thé et ses bienfaits

Le thé est reconnu pour ses divers bienfaits, notamment pour son caractère antioxydant grâce à la présence de catéchines. Celles-ci seront plus présentes dans les thés verts et blancs ou issus de cueillettes fines, riches en bourgeons.

Le thé contient également ce qu'on appelle des flavanols qui sont connus pour leurs vertus antioxydantes et anti-inflammatoires. Ensuite, le thé est fort en théanine, véritable exhausteur de goût, elle est pourvue de propriétés relaxantes qui favorisent la diminution du stress, qu'il soit mental ou physique. Elle est plébiscitée pour les exercices de méditation.

Enfin, le thé contient de la théine qui lui confère un statut de stimulant, à la différence du café qui est lui un excitant. Le thé reste naturellement riche en vitamines C, il peut contenir certains minéraux tels que le fluor, le potassium, le zinc, le nickel, le cuivre, le fer, le magnésium, le manganèse et le calcium. Faible en sodium il est parfois préconisé dans le cas d'un régime sans sel.

Pauvre en glucides et en lipides, le thé est très peu calorique.

Top